Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Torgan's Greyhawk

... 25 ans d'aventures ...

Aventures fantastiques en Flanesses


Le journal de Crysto Telskié — chapitre 2

Publié par Baccs sur Oct 22 2012, 13:59pm

Catégories : la complainte de melinda, crysto telskie, perrenland, melinda

Le journal de Crysto Telskié — chapitre 2

Enquête sur les disparitions étranges

De retour au château, après être allé négocier avec Pierre, et devant mon insistance, nous nous mîmes en quête d’aller voir ce qu’il se passait au sud. J’espérais bien en savoir plus sur ces disparitions et voir si elles pouvaient être en relations avec celle de Lancyne (pour peu que s’en soit une, mais ne soyons pas pessimistes). Mais en vain. En effet, malgré un temps presque cataclysmique, nous partîmes vers l’endroit indique. Apres deux jours de voyages assez éprouvants, alors que nous étions à peu près à l’endroit indique, je me rendis compte que c’était bien loin de l’endroit de la bataille. Et avec ce temps, il eut été dément d’aller dans les montagnes, situées à plus de dix jours de marches. Quant aux disparitions, on ne vit point de gnomes qui auraient pu nous expliquer la situation. Mais après avoir campé une nuit sur place, 8 monstres peu ordinaires nous attaquèrent. Je n’arrivais pas à infliger de dégâts avec ma lame pourtant bien acérée à ces créatures, les blessures se refermant instantanément. Myria m’expliqua plus tard qu’il fallait pour leur faire mal posséder des armes de nature magique.

Heureusement qu’elle et Ronnin en possédaient, ce qui leur permit de se défaire de ces viles créatures, dont deux d’entre elles jetaient en plus des sorts ! Etonnamment d’ailleurs Myria en fit fuir une rien qu’en la regardant… Cette Myria est décidément bien étrange, mais ma foi plutôt sympathique et bonne combattante. D’ailleurs nous allâmes investiguer sur la présence de telles créatures en remontant les traces. A deux kilomètres de là il y avait un grand feu et c’est de là que provenaient ces traces. Mais pour le reste, les traces disparaissaient, comme volatilisées. Nous en conclûmes que c’était sûrement l’œuvre d’un puissant magicien. Du coup on ne fit pas de vieux os dans la région.

Le journal de Crysto Telskié — chapitre 2

La fuite en avant

Sur le chemin du retour, Ronnin avoua avoir des rêves étranges qui le hantent : la Lance du Soleil, une montagne ayant une signification précise lors du solstice d’hiver pour le culte de Pelor, dieu vénéré à la fois par Ronnin et Monmirel.

Mais ce n’est rien compare à l’étrange qui provoqua notre exil. Alors que je faisais mon rapport à Pierre, une créature gigantesque, démoniaque, de plus de cinq mètres de haut, apparue dans la forêt, nous faisant fuir dans la plus grande confusion et la plus grande peur. Une demi-heure plus tard j’arrivais enfin au château pour prévenir tout le monde. Ils étaient là, ainsi qu’une amie magicienne, Miroir. Elle nous apprit que c’était un Balor, le plus puissant des démons, et qu’il les poursuivait. La seule solution pour lui échapper était de se terrer le plus loin possible. Nous eûmes à peine le temps de regrouper nos affaires qu’elle nous transporta en un tour de main dans une ville étrange nommée Lopolla, dans la contrée voisine de Ket. Pourquoi suis-je parti avec eux ? Je me le demande encore. La peur probablement ainsi que le contrecoup. Le fait est que maintenant mes chances de revoir Lancyne sont vraiment infimes. Me voilà prisonnier dans une cellule de Lopolla, tout cela parce que les femmes doivent être voilées ici et que les autorités locales ont voulu savoir qui nous étions pour ne pas connaître les us et coutumes de la région, et surtout pour ne pas être rentres dans la ville par la porte, ce que nous étions fort incapables de leur expliquer.

Le journal de Crysto Telskié — chapitre 2

Voyage en Ket

Finalement, après nous avoir interroge un par un et nous avoir laisse traîner en prison, ils nous ont laisse sortir, en nous disant qu’ils ne nous considéraient pas comme des espions mais par contre on a eu droit à une amende de 16 P.O. pour attentat à la pudeur ! Bon gré mal gré on s’acquitte de nos dettes, et sous l’insistance des gardes, on se dirige alors vers le Perenland. En fait la Lance du Soleil est sur le chemin, ce qui fait que je comprends mieux les raisons de Ronnin de choisir Ket. Apres deux jours de marche, on décide de se joindre à une caravane, ce qui est tout de même plus confortable et est donc appréciable car Myria semble malade, et n’a pu être soignée par les prêtresse d’Istus, la déesse (du destin) de ce peuple.

Apres plusieurs jours, nous arrivons en vue de Molvar, cependant encore dans les territoires de Ket. Mais tout de même on se rapproche, ce qui n’est pas pour me rassurer à cause des mauvais souvenirs que m’a laissés le Balor. Je n’ose pas trop le dire en face des autres, mais cette créature était vraiment terrifiante.

Une fois les achats nécessaires effectues (en fait nous n’avons assez d’argent que pour nous procurer l’indispensable), nous repartons vers les montagnes du Perenland.

Périples dans les montagnes

Pas plus tard que lendemain, nous sommes attaques par une troupe d’une dizaine de faux gardes, qui sont là si j’ai bien compris pour les « femelles » comme ils les appellent. Apparemment elles valent des sous… Grâce à la puissance de notre petit groupe, on arrive à s’en défaire et même récupérer assez de chevaux pour nous 7. Les nuits sont très froides par ici et la neige s’est remise à tomber hier. Une patrouille qu’on a rencontre nous a conseille de ne pas voyager par ce temps, mais que pouvons nous faire d’autre ? C’est actuellement mon tour de garde et je ne me sens pas en confiance dans ce paysage tout blanc. Enfin c’est le tour de Ronnin, je vais aller me reposer un peu.

Les trolls

Hier, tôt le matin, nous avons été attaque par 2 créatures vertes à la peau squameuse, des trolls ai-je appris aujourd’hui, dont une m’a littéralement déchiquetée. C’est à peine si aujourd’hui j’ai la force d’écrire ces quelques lignes. Sinon toujours hier des nains sont passes par là. Ils étaient une cinquantaine et rentraient à leur forteresse.

Archives