Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Torgan's Greyhawk

... 25 ans d'aventures ...

Aventures fantastiques en Flanesses


Un peu d'histoire — histoire ancienne

Publié par Torgan sur Nov 10 2012, 10:27am

Catégories : Univers, Histoire, Migrations

Un peu d'histoire — histoire ancienne

L'histoire connue de la Flannesse débuta il y a un peu plus d'un millénaire, lorsque le grand conflit qui opposait les anciens empires sulois et baklunis engendra des migrations massives vers l'est à travers, autour et même sous les chaînes de montagnes occidentales. Ceci eut pour conséquence de mélanger races et cultures en un immense melting-pot qui définit aujourd'hui la Flannesse moderne.

Les récits qui remontent aux époques précédant les migrations sont fragmentaires et mal compris. Est-ce que des créatures monstrueuses régnaient sur l'OErik avant l'avènement de l'humanité ? Les races d'humains, d'elfes, de nains et leurs semblables sont-elles issues d'un décret divin ou ont-elles migré jusqu'ici depuis d'autres lieux ? Les elfes ont-ils offert la civilisation aux humains ou ces derniers l'ont-ils forgée seuls ? Les Flannas ont-ils eu des empires et de grandes civilisations ? Qui donc a construit les plus vieux tombeaux des Cairannes, les ruines à moitié enfouies dans le Désert étincelant ou les cités de pierre désertes des monts Griffons ? Où étaient situés les royaumes fabuleux de Johydée, des ducs du vent d'Aaqa, de Vecna (Celui dont on murmure le nom), des hauts rois des nains ou du roi elfique des Étoiles de l'été ? Qu'est-il advenu des mystérieuses Îles de la Terreur et de ceux qui y résidaient ? Nul ne le sait avec certitude. Même l'histoire des premières migrations demeure confuse sur certains points. Le royaume tribal oeridien de Thallande fut si complètement assimilé par le royaume d'Aerdie qu'il ne survit plus qu'immortalisé par la rivière Thelly. rancien royaume d'Ahlissa, dirigé par les Flannas et facilement conquis par l'Aerdie, n'est encore connu aujourd'hui que pour sa fondatrice, la reine-magicienne Ehlissa l'Enchanteresse, et le rossignol magique qu'elle créa. Même les habitants flannas de ce royaume ont presque disparu à la suite de mariages interraciaux. Il en va de même pour une grande partie de l'histoire connue. Ce qui est présenté dans les lignes qui suivent est une histoire de la Flannesse reconnue par la plupart des sommités intellectuelles et comprise de tous ceux qui possèdent un minimum d'éducation. L'époque actuelle est l'année commune (AC) 591, qui correspond également à 1235 CO (calendrier oeridien), 6106 DS (datation suloise), 5053 HO (histoire des olves), 3250 HB (hégire baklunie) et 2741 CF (chronologie flanna).

Note : lorsque l'on calcule une période de temps débutant avant la Déclaration de la paix universelle (qui eut lieu en 1 AC), il faut se rappeler que le calendrier de l'année commune n'a pas d'an zéro. Ainsi, le temps écoulé entre -5 AC et 5 AC est seulement de neuf années et non dix.

Un peu d'histoire — histoire ancienne

Désastres et migration

La source de l'animosité entre les empires suellois et baklunis se perd dans la nuit des temps, mais les conséquences de leur dernier affrontement continue de se faire sentir même à l'époque moderne. Après des décennies de conflit, les Mages de Puissance sulois frappèrent les Baklunis avec la Dévastation invoquée, un désastre apocalyptique tel que sa véritable nature demeure enco­re inconnue à ce jour. Des villes entières et d'innombrables victimes furent éliminées de la surface de la Taerre, laissant derrière elles bien de peu de symboles de cette grande civilisation qui prospérait depuis les hauteurs de Suel jusqu'à l'océan Dramidj. En réponse à cette terrible attaque, un groupe de prêtres magiciens baklunis, rassemblés parmi les cercles de pierres protectrices connues sous le nom de Tovag Baragu, fit sévir la Pluie de Feu Incolore sur leurs ennemis détestés. Les cieux de l'Empire suellois s'ouvrirent et toutes les choses et formes de vie situées sous cette faille lumineuse furent réduites en cendres. Ces deux événements ont marqué si profondément le monde qu'ils ont été surnommés les Cataclysmes jumeaux, un terme que presque tous les habitants de Flannesse connaissent. Les Steppes arides et la mer de Poussière ne sont plus maintenant que deux symboles géographiques de ces immenses pouvoirs magiques employés sans restrictions et maintenant inconnus de tous, probablement pour le mieux.

Des milliers de gens survécurent aux premières années du conflit suellois-bakluni en fuyant vers l'est, de l'autre côté des Brumes cristallines. Les OEridiens, une confédération de tribus barbares établie près des empires en guerre, interprétèrent le conflit (et les raids associés des orques et des gobelins employés comme mercenaires des deux côtés) comme un signe les invitant à migrer vers l'est à la recherche de leur destin ultime. Ils constituèrent le premier grand groupe d'immigrants à entrer dans les terres des Flannas, qu'ils appelèrent dès lors la Flannesse.

Un peu d'histoire — histoire ancienne

Des réfugiés sulois ne tardèrent pas à les imiter, travaillant parfois de concert avec les OEridiens pour pacifier de nouveaux territoires mais guerroyant le plus souvent avec eux afin de déterminer quelle race les dominerait. Pendant plus de deux siècles, Suellois et OEridiens se battirent pour le contrôle des terres s'étendant des Brumes cristallines jusqu'à la côte du Solnor. Beaucoup de Sulois étaient dépravés et mauvais ; ils perdirent la plupart des batailles et furent repoussés en périphérie de la Flannesse.

Même si certains Baklunis migrèrent eux aussi vers l'est, bien plus encore s'enfuirent au nord, vers les monts Yatil ou les rives de l'océan Dramidj, où leurs cultures anciennes s'épanouissent encore de nos jours. Les mercenaires inhumains que les OEridiens avaient justement tenté d'éviter se trouvèrent à leur tour emportés par ces migrations. Nombre de ces viles créatures qui infestent maintenant la Flannesse arrivèrent à la suite des OEridiens et des Suellois. Ils suivirent tout simplement la trace des humains, à la recherche de butin, de nourriture et d'esclaves.

Un peu d'histoire — histoire ancienne

Keolande et AErdie

L'union la plus réussie entre Suellois et OEridiens survint dans la vallée du Sheldomar, où la Kéolande fut fondée près de quatre-vingts ans après les Cataclysmes jumeaux. Les maisons suelloises Rhola et Nehéli se joignirent aux tribus oeridiennes des rives du Sheldomar et se jurèrent assistance mutuelle et partage du contrôle de la Flannesse occidentale. Cet accord détermina le cours de l'histoire pour les neuf siècles qui suivirent. De tous les royaumes qui virent le jour en ces époques tumultueuses, seule la Kéolande a survécu et prospère encore. Plus à l'est, la plus puissante de toutes les tribus ceridiennes, l'AErdi, atteignit le fleuve Flannie. De là, les AErdis se dispersèrent de nouveau, conquérant peuples indigènes et congénères immigrants sans discrimination aucune. Après un certain temps, le royaume d'AErdie en vint à contrôler la totalité de la Flannesse orientale et étendit ses frontières vers l'ouest. Un siècle et une décennie après la bataille des quinze jours, qui vit disparaître la dernière réelle menace à la souveraineté oerdienne, le chef de l'AErdie fut couronné roi suprême du Grand royaume. Le roi suprême Nasran décréta également la mise en place d'un nouveau calendrier et, avec la Déclaration de la paix universelle, le soleil se leva à l'est sur le premier jour de la première année commune. L'emprise impériale d'AErdie finit par englober des fiefs établis aussi loin que les Yarils et par contrôler le sud du Nyr Dyv avec une petite garnison établie à un poste de traite sans importance connu sous le nom de Greyhawk.

Un peu d'histoire — histoire ancienne

À partir de 213 AC, le laxisme des rois suprêmes oerdiens se fit grandissant, occupés qu'ils étaient à se soucier de leur prestige local et de leur richesse plutôt que des affaires de leurs vassaux en des terres éloignées. Cette période est aujourd'hui connue sous le nom de l'Àge de la grande tristesse. Chaque souverain qui mourait était remplacé par un successeur encore moins compétent et plus imbécile que le précédent, jusqu'à ce que toutes les colonies éloignées de l'AErdie eussent déclaré leur indépendance.

La vice-royauté de Ferrond fut la première à franchir ce pas, devenant le royaume de Furyondie. Bientôt, d'autres régions firent de même, rompant avec l'inefficace gouvernement du roi suprême. Après avoir gagné leurs guerres de rébellion, ils fondèrent leurs propres gouvernements. Lorsque survint 356 AC, la dynastie régnante d'Aerdie de l'époque, la maison céleste de Rax, avait atteint des sommets de dépravation. En réaction, la province occidentale du Nyrond se déclara libre de toute attache au Grand royaume et élit l'un de ses nobles comme roi de ce nouveau domaine indépendant. Des armées provenant de toutes les provinces d'iErdie se rassemblèrent pour mettre fin à ce geste effronté. Au même moment, les barbares de la péninsule Thilonienne attaquèrent la Province du Nord du Grand royaume, forçant le roi suprême à dérouter une partie des troupes du front occidental Le Nyrond survécut aisément à cette attaque et s'épanouit par la suite.

Au Ille siècle, le royaume de la Kéolande s'éveilla d'un long sommeil et se lança dans une série de conquêtes qui étendirent ses frontières. Cet empire fut de courte durée et, après moins de deux siècles, une série de vastes guerres et de problèmes internes provoqua son effondrement. Les dépendances extérieures déclarèrent leur autonomie et la Kéolande retomba dans son isolement pacifique.

Archives