Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Torgan's Greyhawk

... 25 ans d'aventures ...

Aventures fantastiques en Flanesses


Chapitre 27 - Noria / Effendi

Publié par Effendi sur Jun 30 2012, 14:20pm

Catégories : Effendi, Gramik, La compagnie du sifflet d'argent

Chapitre 27 - Noria / Effendi

14 Flocktime 590

On passe à la guilde pour localiser Noria. On localise Dern. Il est à poil dans les collines. Je vais le chercher et je reviens. Je tombe sur Noria dans son bain et on commence » à discuter.

Effendi – Comment t’es montée la haut pour sauver Dren, chérie ?

Noria – Elle réfléchit un moment Je sais pas trop, je… Je suis passée par les ombres.

Effendi – Vas -y explique. Je sais pas comment on fait ça moi.

Noria – Eh bien à vrai dire, je sais pas non plus. J’ai juste l’impression que je peux le faire, je le fais, et des fois ça marche.

Effendi – Et tu viens d’où ?

Noria – Haussement d’épaule. Dyvers aussi loin que je me souvienne.

Effendi – Tu sais, les gens normaux ne font pas ça, gente demoiselle.

Noria ( Petit sourire forcé) – Oui je sais. Mais pour l’instant, ça me sert plutôt alors je dis rien.

Effendi – Et t’as pas une idée d’où ça vient tête de linotte ?

Noria – T’arrêtes de me traiter de tout et n’importe quoi vieux machin ?

Effendi – J’suis quand même pas si vieux que ça.

Noria – Ben au mieux t’es pas trop mal conservé.

Effendi – C’est parce que je suis immortel.

Elle éclate de rire

Effendi – Tiens ? Il a pas l’air de super marcher ton anneau de vérité.

Elle me regarde droit dans les yeux.

Noria – Me dis pas que tu m’as cru ?

Effendi – Je fais confiance aux jeunes filles moi. C’était quoi alors ?

Noria – Un anneau d’action libre.

Effendi – C’est pas mal, mais je m’en fous un peu. T’as quel age ?

Noria – Je sais pas trop, dix neuf je crois.

Effendi – Pourquoi tu sais pas, c’est quoi ce bordel ?

Noria – J’en sais rien, je me souviens de quand j’étais petite, dans les rues de Dyvers. Et puis pourquoi j’ai ENCORE droit à un interrogatoire ?

Effendi – Parce que tu fais des trucs louches, tu joues la gamine, tu caches des trucs et tu te barres de ma tente au milieu de la nuit. J’aime pas trop ça.

Noria – Quoi ? Je vous ai nuit ? J’ai même pas râlé parce que tu m’avais volé ma dague.

Effendi – Elle est pas mal, et en plus tu as la mienne et tu t’es barrée avec, ingrate.

Noria – C’était juste pour te tester, j’avais pas l’intention de partir.

Effendi – T’as raison. T’es obligée de mentir ou tu dis des fois des trucs que tu penses ?

Noria – Quel intérêt de mentir là ?

Effendi – Justement, j’en sais rien. C’est pas ma faute si t’es bizarre et si tu fais tout pour rester distante.

Noria – Je suis distante moi ? Je dors même dans ta tente et tu râles !

Effendi – Ouaip..Dormir. Même Nestor la moufette le fait des fois.

Noria – Pauv’ mec.

Effendi – Faute de mieux.

Noria – T’es en manque, toi ?

Effendi – Non, si je veux tirer un coup je dois pouvoir y arriver mais bon.. C’est pas le mieux.

Elle éclate de rire encore

Noria – Oh tu cherches le grand amour. C’est pas fait.

Effendi – Mais si, c’est plus peinard et y a moins d’emmerdes. Les emmerdes c’est pas mon truc.

Noria – Ah ? T’es sur ? Tu les attires non ?

Effendi – Ouaip, mais c’est pas ma faute. Personne ne m’aime.

Noria – Ils sont méchants, hein ?

Effendi – C’est clair. Tu viens partager mes coussins ce soir. Je viens d’acheter un nouveau narguilé.

Noria – Euh … A mon âge, c’est mauvais non ?

Effendi – T’es pas mineure ?

Noria – Ca veut rien dire ça, mais je pense pas.

Effendi – C’est cool de fumer. T’es plus relax pour copuler après.

Noria – Copuler ? Y a que la survie de ton espèce qui compte ?

Effendi – Mon espèce ? Et toi t’es quoi ? Une liche ?

Haussement d’épaule

Noria – Qui sait ? J’en sais rien moi.

Effendi – Si t’étais une liche, je l’aurais vu à travers la gemme de vision.

Noria – Imagine avec un anneau de non-détection ou même un sort qui fausse la vision avec la gemme.

Effendi- Ben dans ce cas la, on peut pas savoir. De toute façon, ma chère, même les connaissances des légendes ne marchent pas sur toi. Ni les charmes personne, d’ailleurs.

Noria – Ah ? Elle fronce les sourcils. Et y a quoi qui marche ?

Effendi – Rien apparemment. Tu es inchangeable et insondable.

Noria – Inchangeable ? ?

Effendi – J’en sais rien, mais tu fais tout le temps pareil, c’est à dire n’importe quoi, et tu te fous de tout ce qu’on te dit.

Noria – Moi ? Je fais n’importe quoi ? Tu t’es vu ?

Effendi – Qu’insinue tu ? Je ne fais que des actes pensés et dans un but mûrement réfléchit.

Noria – Ben oui, de la magie entropique donc ?

Effendi- C’est un risque calculé et faible. M’as-tu déjà vu faire une grosse connerie ?

Noria – Hmm… Non, j’avoue, mais des bruits courent. Thran avait l’air de te reprocher plein de trucs.

Effendi – Thran est un hypocrite et un tigre garou barbare sorti du désert par mes soins.

Noria – Quelle grandeur d’âme de ta part.

Effendi – Je sais. N’oublie pas que toi aussi je t’ai sauvé la vie.

Elle hoche la tête

Noria – Oui, je sais, encore merci. Mais je viens de sauver ta mère et Dern.

Effendi – Ma mère, elle peut mourir. C’est pas elle qui sauverait la vie de quelqu’un. Pour Dern. Néanmoins, c’est sympa pour eux.

Noria – Bah, je me demande s’ils y pensent encore.

Effendi- Dern j’en sais rien, mais ma mère sûrement pas.

Noria – M’en fous.

Effendi – Je m’en doutais un peu. Bon, on va s’occuper du narguilé et de la survie de notre espèce ?

Noria – Je suis dans mon bain moi !

Effendi – Je sais mais on doit pas pouvoir y rentrer à deux.

Noria — C’est sur, tu pourrais peut-être sortir, que je m’habille.

Effendi – Faut vraiment que je sorte ?

Noria — Ben oui… sale vieux pervers.

Effendi – J’suis pas un vieux pervers ! C’est de mon age. Et du tiens … normalement.

Noria – Désolé, je suis plus vierge.

Effendi – C’est pas grave, moi non plus. C’était qui ?

Noria – Haussement d’épaule J’en sais rien moi, c’est dur d’avoir des sous.

Effendi – Alors comme ça, on vend son corps jeune fille ?

Elle à l’air de regarder dans le vide

Noria – faut bien vivre

Effendi – Tiens, garde le pour les coups durs

Je sors un diamant d’une poche et le lui file. Elle sourit

Noria – Bah, depuis que je suis avec vous, j’ai pas à me plaindre tu sais. Mais c’est gentil quand même.

Effendi – Je sais, je suis parfait.

Elle fait une petite moue

Noria – Non, tu te chauffes trop.

Effendi – Je suis désolé chérie, mais tu peux arrêter de me côtoyer si je t’emmerde trop.

Noria – J’ai pas dit ça, mais t’es juste pas parfait.

Elle se lève et va passer un peignoir.

Effendi – Bon, on se fait monter à bouffer dans ma chambre, y a des nouvelles peintures et sculptures.

Noria – Mouaip, je vais réfléchir.

Elle me lance une œillade aguichante

Effendi – Réfléchit. Je vais chercher à manger.

Noria – Mouaip, je passerais peut-être.

Effendi – Ce serait cool.

Je vais en ville me faire livrer un repas exotique dans ma chambre, puis je retourne à la chambre de Noria. Elle est pas la et s’est fermé. Bon, je rentre dans ma chambre.

Dix minutes après, j’entends le rire de Noria derrière moi. Je me retourne et vois Noria dissociée de son ombre se trouvant dans un coin. Puis, l’ombre disparaît.

Noria – On mange quoi, jeune homme ?

Effendi – C’était quoi cette ombre ? Ca te dit pas d’aller voir des prêtres pour faire une détection de la malédiction ?

Noria – C’était moi cette ombre, pas une malédiction.

Effendi – Et tu te dissocies souvent de ton ombre ?

Noria – Non, c’est l’inverse, je me fonds en elle.

Effendi – Et comment ça se fait ?

Noria – Je sais pas ça marche, c’est tout.

Effendi – T’es grob. Le repas va arriver.

Noria – Cool, on mange quoi ?

Effendi – Un truc exotique ? Tu veux boire un coup ?

Noria – Oui, très cher, avec plaisir.

Effendi – Après ça, on ira en vacances peinard, tous les deux.

Noria – A deux ? Et les autres ?

Effendi – On s’en fout. On sera mieux tous les deux.

Noria – Oui, mais bon, à la plage, tu vas bien attirer une petite merde, non ?

Effendi- Et pourquoi. Ce sera sympa.

Noria – Moui, je me téléporte pas moi.

Effendi – N’aie pas peur, je te laisserais pas tomber. Dans le gros truc qui roule, quand ça à chier c’est toi que je suis venu voir en premier pour te téléporter avec moi.

Elle plisse les yeux

Noria – C’est vraiment vrai, ca ?

Effendi – Ben, ouai. Même que tu m’as vu. De plus, je mens très rarement.

Noria – OK je te crois.

On frappe à la porte. Je vais ouvrir et un livreur rentre avec le repas. Plein de trucs débiles et épicés, avec du vin doux. C’est bon.

Après manger, Noria va se vautrer dans le lit et les coussins, ou je la rejoins. Elle me regarde un moment, puis reprend la parole.

Noria – Et le narguilé ?

Effendi – Ah, ouaip. En fait, c’était juste un prétexte pour t’amener dans mon lit.

Noria – Quoi ? ? ?

Effendi – Non, c’est pas vrai. Il est juste la, sous les coussins. Sert toi. Ce qui est à moi est à toi….Non, j’déconnes.

Noria – T’es sur ? Ca serait cool.

Effendi – Ben non. Mais bon, c’est pas trop dur à voler, je te rassure. Tu commences avec le narguilé ?

Noria – Euh … Ca marche comment ?

Effendi – Ben tu mais l’herbe et quand tu es prête je fais un sort pour l’allumer.

Elle commence à tirer dessus et à s’étouffer Beurk…

Effendi – Oh la la ..Plus lentement, on se calme et on respire à fond. On se détend.

Elle se lève et va boire un verre d’eau

Noria – C’est pas très bon.

Effendi – Ca fait toujours ça la première fois, il faudra réessayer.

Elle revient dans les coussins, et se blottit contre moi. Une longue nuit d’amoureux commence. Noria semble fort douée pour la chose et je reste en extase toute la nuit. Cool

Au matin, je me réveille. Noria dort paisiblement sur les coussins. Je fais doucement pour pas la réveiller, je mets ma robe de chambre, mon ceinturon et part en ville acheter un petit déjeuner et un parchemin de téléportation. Je reviens dans ma chambre ou Noria est encore en train de dormir. Je m’installe au bureau ou je commence à bosser mes sorts. J’entends Noria se réveiller doucement. Puis se lever.

Noria – Le p’tit dej’ ? Chouette !

Effendi – Je t’ai acheté un parchemin de téléportation, au cas ou tu es peur que je te laisse tomber. Tu peux aussi reprendre ta dague, elle te sera plus utile qu’a moi.

Noria – Euh, je le lance comment le sort ? C’est gentil quand même. Ma dague, c’est comme tu veux tu sais, après tout j’ai la tienne.

Effendi – Reprends la tienne, elle est mieux. Tu sais pas lire les parchemins ?

Noria – Euh si, mais pas très bien ;

Effendi – Ben tu essaieras. Ca peut toujours servir. Bien dormi ?

Elle sourit.

Noria – Je sais pas si j’ai beaucoup dormi, mais j’ai la pèche.

Effendi – Cool. Ben je vais aller bosser mes sorts.

Noria — Et toi, bien dormi ?

Effendi – C’était parfait.

Noria – Bon, petit bain.

Elle se lève, prends ma robe de chambre et sort .Je reviens.

Effendi – OK à tout à l’heure gente demoiselle.

Elle revient un peu plus tard, tout humide du bain.

Noria – Bon alors, on fait quoi maintenant ?

Effendi – Ben j’en sais rien, mais Lyzandred ne saurait tarder à se manifester. Sinon , je serais bien aller à la plage.

Noria – Mais on s’en fout de lui. On a essayé d’y aller mais ils sont trop . Je préfère autant mourir de la main de la liche.

Effendi – Je préfères rester en vie. Tu veux faire quoi ?

Noria – J’ai pas trop envie de retourner dans ce machin.

Effendi – Pourquoi, t’as vu quoi ?

Noria – Ils sont des centaines la dedans, quelques elfes noirs (au moins deux), et j’ai vu un des artefacts sur un Derro ; rien que son aura, j’ai eu peur.

Effendi – Mouaip. De toute façon, Lyzandred te connaît pas, si tu veux pas venir, tu peux rester la .

Noria – Faudra bien que je vous sorte d’un mauvais pas encore une fois.

Effendi – Ce serait cool mais bon. C’est peut-être un peu dangereux pour toi non ?

Noria – Bah, comme je te connais, tu vas bien te foutre dans la merde tout seul.

Effendi – Moi, alors que je suis le sauveur universel, l’homme de tes rêves ?

Noria – Ah ah ! Très drôle…. Euh …Qui sait en fait ? Et moi celle dont tu as toujours rêvé ?

Effendi – Ben j’en sais rien. Peut-être t’es fun, et je t’aimes bien.

Noria – Fun ? Mouais admettons, bon. La plage ?

Effendi – Pas maintenant c’est pas sérieux, on ira après…promis.

Noria – Mais je sais que c’est sérieux, c’est trop dangereux.

Effendi – OK, on y retourne pas. Je te fais confiance. Il faudra le dire aux autres, et on se barrera demain à la plage.

Elle hausse les épaules

Noria – J’ai peur, c’est tout, vous peut être pas.

Effendi – Ben, j’évites. Depuis que j’ai vu Norine se faire dissoudre la première fois que je suis parti en expédition, j’évites d’avoir peur, ça sert à rien. Surtout quand t’es entropiste. En plus, je suis déjà mort trois fois.

Noria – Facile ça, je suis jamais morte moi ! Elle réfléchit un moment Bah, je couche avec des mort vivants, beurk.

Effendi – EH ! Je suis pas un mort vivant ! Et j’aime pas ces sales bêtes. C’est Zagyg qui m’a ramené à la vie, et c’est pas un copain à Nerull.

Noria – C’est un fou, non ?

Effendi – Non, il est un peu bizarre, mais bon. T’es assez mal placée pour pas aimer ça.

Noria – Sauf que moi, je sais pas ce que j’ai.

Effendi – Ouaip. Ben moi non plus. On pourrait aller voir un grand prêtre ou un archimage, si tu veux.

Noria – Elle secoue la tête J’ai pas envie de savoir, je crois. J’aime bien ce que je suis, je crois.

Effendi – Et c’est quoi qui te plait dans le toi bizarroïde ?

Noria – Je sais pas. Depuis que je vous ai rencontrés, je suis bien, je vis enfin. C’est cool.

Effendi – Tant mieux, ma chère. Dern m’a rendu ma dague, donc je te rends la tienne. On pourrait peut-être bouger ?

Noria – Ouais, on fait quoi ?

Effendi – Ben déjà, on descend voir qui est ici, puis on va faire un tour à mon autre auberge, histoire que tu vois ou c’est, et que tu puisses y pioncer si tu en as besoin un jour.

Noria – Tu as une autre auberge toi ?

Effendi – Ben ouaip. Autant que tu saches ou c’est quand tu boudes ou que tu veux plus voir ma gueule. Tu pourras aller là-bas.

Noria – C’est quel style ?

Effendi – Une auberge de mages, ca va te plaire.

Noria – Mouais, ils vont me regarder comme une malpropre.

Effendi – Ben prends un bain et fait la grande fille. De toute façon, je viens avec toi histoire de te faire visiter et de te présenter.

Noria – OK

Elle met une robe, et nous voilà partis main dans la main vers Le Bâton Noueux. On arrive à l’auberge ou je lui fait visiter, en finissant par ma chambre.

Noria — Cool, je peux venir la. Sympa.

Elle se retourne ne souriant

Noria – Et tu fais ça à toutes ? Il suffit de coucher ?

Effendi – Non, en fait depuis que je suis un super aventurier, je crois que tu es la première histoire d’amour que j’ai. C’est cool.

Noria – Tu parles, il y en a plein d’autres je suis sure.

Effendi – Je t’ai déjà dit que je mentais rarement, mais si tu veux pas me croire, tu fais ce que tu veux.

Noria – J’ai tout honneur à y croire. J’ai fait tomber le grand Effendi cœur-de-piere. Quelle renommée je dois avoir.

Effendi – Terrible. Y avis rien à gagner. En plus, comme tu es au courant, pas grand monde ne m’aime.

Noria – Oh le pauvre petit. Moi je t’aime au moins, et aussi…t’es super riche. Le bon parti en fait. En plus t’es pas trop laid.

Effendi – Je me doute des raisons pour lesquelles tu es avec moi, te connaissant, mais je m’en fous, je t’aime bien et si tu veux te barrer avec du fric, t’as qu’a me le dire, je t’en filerais.

Noria – Partir maintenant ? T’es fou, je suis trop bien avec vous.

Effendi – Avec nous ou avec moi ?

Noria – Euh, toi d’abord. Et les autres, ben ils sont sympas, même cet abruti de Valrem en fait. Un peu bête mais sympa au fond.

Effendi – C’est vrai, mais il faudrait ramener Gramik à la vie, ca serait cool.

Noria – Qui ça ?

Effendi – Gramik. Un nain avec qui j’étais au début. Depuis qu’ils est plus la, j’ai plus pris un seule cuite.

Noria – Il est devenu quoi ?

Effendi- Il a été transformé en pudding noir en faisant un hiatus en buvant un potion de sois. Un peu spécial. Je lui ai rendu son apparence de nain, et c’est le Temple de Saint Cuthbert de Greyhawk qui s’en occupe pour le moment.

Noria – Beurk, le pauvre. Et on peut rien faire ?

Effendi – Ben il faudrait un souhait. Un très puissant sort de mage.

Noria – Ouais ben je sais pas faire ça, moi… Toi bientôt peut être.

Effendi – Ca m’étonnerait, l’espérance de vie d’un entropiste-aventurier est faible. Tu voudrais pas que je t’apprennes la magie ?

Noria – Euh …Bof, ca a l’air chiant, faut bosser, c’est pas mon truc.

Effendi – C’est comme tu le sens. On pourrait essayer le lit.

Noria – Maintenant ? Encore ? Elle explose de rire T’as la pêche pour un vieux !

Effendi – Ouaip. C’est ta faute, j’adore essayer de faire prospérer ma race avec toi.

Elle m’entraîne sur le lit, et on passe le plus bel après-midi dont on puisse rêver. En fin d’après midi, on est encore au lit, tranquilles.

Effendi – Qu’est ce que tu veux faire ?

Noria – Je sais pas, bouger loin.

Effendi- Ben on va aller acheter des tentes et partir à la plage.

Noria – Tous les deux ? Et les autres ?

Effendi – Tu veux qu’ils viennent avec nous ?

Noria – Ben, s’ils veulent, ça peut être sympa des vacances. Ok. On va aller acheter des maillots de bain, puis on passera à l’auberge, les prévenir.

Je passe acheter du bon vin et une bague pour Noria (8 000 PO).

Chapitre 27 - Noria / Effendi

16 Flocktime 590

On se téléporte tous sur la plage. Cool. Il fait beau. On visite un peu, on se baigne, et on pêche. Je file la bague à Noria en lui disant que comme elle ne connaît pas la date de son anniversaire, c’est aujourd’hui. Ca à l’air de lui faire plaisir. Tant mieux. Le soir, on fait un gros barbecue en maillots. Drelzna vient nous voir à la tombée de la nuit. Elle à toujours son épée bâtarde qui désintègre les prêtres. Elle vaut nous donner un artefact. Un trident. Mais elle veut aussi récupérer son artefact, la prison de Zagyg. Je la lui rend. Lyzandred apparaît à coté de Drelzna qui à l’air d’avoir peur et disparaît. Il dit que si on lui donne le cœur du Destin, il nous laisse e vie. Je le lui donne. Valrem prend le trident. Il me doit un artefact. Lyzandred se barre. Vieux con. On va se bourrer la gueule. Le trident nous parle, il dit s’appeler Wave et il a l’air très con.

17 Flocktime 590

Ellimir arrive. On glande

23 Flocktime 590

Je vais chercher Dern et on revient à la plage, sous le soleil.

25 Flocktime 590

Le temps se couvre, on rentre à Dyvers. On passe au Temple faire neutraliser le poison, vu qu’on a mangé tout ce qu’on a trouvé. Puis on rentre discuter à l’auberge. On voit Gramik descendre l’escalier, il nous voit, voit le bar, et s’enfile 6 bières ! ! Il m’explique que c’est Mizaab qui la ramené à la vie de nain. Puis, il vomit et je le téléporte dans sa chambre.

26 Flocktime 590

Gramik se lève et prend un bain. Le nain qui tient l’auberge nous dit que Greyhawk à été rasé par le Doomgrinder. Cool. C’est excellent. Je vais me balader avec Noria pendant que le nain va s’acheter des armes.

27 Flocktime 590

Je vais essayer de localiser Valrem avec une boule de cristal. Il à l’air d’être sous l’eau. Puis, on localise le mec qui avait acheté Gramik comme esclave. Il est avec 2 copains. On rentre à l’auberge.

La nuit, la terre commence à trembler. Merde, le Doomgrinder. On s’éloigne. L’énorme Doomgrinder rase la ville. Merde. Bon, on va rendre Matué le homard, et on repart. On remonte le Nyr Dyv.

Archives